Pain viennois

   Marie-Antoinette mange peu, de préférence des volailles bouillies. Sa boisson préférée est l’eau de Ville-d’Avray. Elle est en effet habituée depuis son enfance à une hygiène alimentaire saine, grâce au docteur van Swieten qui soigne la famille impériale à Vienne : potages, œufs, légumes et fruits. Très peu de viande et de ragoûts. Toutefois, le matin, elle boit une tasse de chocolat et avale avec délices un petit pain viennois. Lors des festins à la cour, elle picore.

   On dispose d’un menu établi pour la journée du 24 juillet 1788 à Trianon où Marie-Antoinette, fait rarissime, invite Mesdames Tantes. En leur honneur, on double le nombre de plats. Evelyne Lever écrit (C’était Marie-Antoinette) : « Il y eut donc quatre potages, deux grandes entrées, seize entrées, quatre hors-d’œuvre, six plats de rôts, deux moyens entremets, seize petits entremets ! Ce dur donc, comme jadis à Versailles, une succession de pâtés, côtelettes, abats de mouton, dindons poêlés à la ravigote, ris de veau en papillotes, cochons de lait à la broche, canetons à l’orange, blanquette de poularde, jarret de veau, chapons panés, perdreaux, lapereaux, jambons de Westphalie, œufs brouillés, pochés, bouchées à la crème, gaufres à l’allemande, divers gâteaux et bien d’autres choses encore... »

fuboc66y